Le tritium n'est pas le plus dangereux des polluants issus de l'industrie nucléaire mais il est le plus courant. �i���Z�I�|���4�;���O�j{� 8&�R*���}�q��#��^��P��0R7��|S����0L��L�����U���'p)%Bp�b���{�chEom� �k��i_մU�sb@�)8*��0�j$�q��K\-��H�&Ƃ>9�b�˗}���]wh������;`���oLЛ����ߚ��Vi��OC�!��JV�²�v�c����N��gZl�13��H~D�R�6�o�u�2�8�L���eW�k��l����!�\F�l���`I�p�b���\_le��|�]�nj�W����&u�'�bc\*zZ����'7�� >> >> Wang, J. H., Robinson, C. V., and Edelman, Galeriu et coll., 2005; Weiss et coll., 1979a; UN, ILO et WHO, 1983, Special Nuclear material / Nuclear Collection (Part V). Il est également produit lors d'explosions nucléaires. En France, « il est stocké sur site, dans des réservoirs prévus à cet effet, avant d'être rejeté conformément aux autorisations de rejets, après avoir été contrôlé ». /Group << Le tritium est un élément clef de la fusion nucléaire, par la grande section efficace et l'énergie dégagée par sa réaction avec le deutérium : Tous les noyaux composés de neutrons et de protons sont chargés positivement, et se repoussent du fait de la force électrostatique qui en résulte. Les usages non-nucléaires n'impliquent que des traces de tritium, et ne concernent qu'une fraction très faible des quantités produites. Ce tritium peut aussi se rediffuser dans l'air, via les condensats de gaz de décharge où l'on a trouvé par exemple du tritium à dose de 2 013 Bq/L au Royaume-Uni et 18 981 Bq/L en Californie. /I true stream Sa période ou demi-vie est de 12,32 ans. (�� (�� (�� Les prochaines décennies sont d'une importance capitale pour la mise en place d'une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre. (�� Il est, avec le carbone 14, l'un des deux radionucléides les plus émis dans l’environnement par les installations nucléaires en fonctionnement normal, notamment par les réacteurs CANDU canadiens, ce qui a incité l'organisme de réglementation nucléaire du Canada et la Commission canadienne de sécurité nucléaire (CCSN) à mieux comprendre la cinétique du tritium dans l'environnement et notamment dans l'air[30]. Le tritium en question. (�� On sait mieux le doser depuis les années 2000[33], mais sa cinétique et l'impact de ce tritium dans le réseau trophique sont encore discutés et mal compris (notamment pour ses formes organiques). Le tritium lié aux activités humaines provient essentiellement des rejets liquides et gazeux des installations nucléaires ainsi que des industries et laboratoires utilisant ce radionucléide. La fusion nucléaire contrôlée vise à produire une énergie propre et sûre, avec des combustibles présents en quantités quasi-illimitées : le deutérium et le tritium. Toutes les centrales produisent du tritium qui est un résidu de l'exploitation des réacteurs. Mutch et Mahony (2008) avec par exemple en moyenne 1 251 Bq/L et jusqu'à 7 104 Bq/L émis par de l'eau tritiée trouvée dans les lixiviats de deux décharges étudiées dans les États de New York et du New Jersey. Le 10 septembre 2014, le Tribunal de police de Dieppe a reconnu EDF coupable … (�� (�� (�� La principale source civile de tritium dans le monde sont les réacteurs modérés à l'eau lourde, comme les CANDU ou les PHWR argentins de conception Siemens, où le tritium constitue un produit d'activation. %���� ��(�� Le colossal chantier de l'ITER, un réacteur nucléaire censé imiter le fonctionnement du cœur du Soleil, a débuté mardi 28 juillet en France. Aucune publication officielle ne le dit, mais on estime que les têtes nucléaires contiennent environ 4 g de tritium, et qu'une bombe à neutrons en contient de 10 à 30 grammes[18]. (�� (�� Olivier Daillant, David Boilley, Martin Gerzabek, Justin Porstendörfer et Roland Tesch. (�� Une très faible quantité de tritium est également utilisée sur des modèles d'organes de visée d'armes légères, afin de permettre à l'usager de pouvoir sortir son arme et immédiatement viser en conditions nocturnes. […] Sont également interdites l’importation et l’exportation, s’il y a lieu sous tout régime douanier, ainsi que le placement en magasin et aire de dépôt temporaire de tels biens et produits qui auraient subi cette addition, « transfert d'effluents inappropriés de l'installation vers le circuit des eaux usées », Quand dans une formule chimique ou tout autre contexte on utilise les symboles D et T, alors H devient le symbole du protium et non plus celui de l'élément chimique hydrogène. /f-0-0 6 0 R Mis en évidence dans la réaction nucléaire en 1934, le tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène. Le tritium est une matière nucléaire dont la détention est réglementée en France (Article R1333-1 du Code de la défense). Son activité spécifique ou activité massique est de 356,0 TBq/g[3] (soit 356,0 PBq/kg ou 3,560 × 1014 Bq/g) ou encore 9 621 curies par gramme (soit 9,621 MCi/kg). Le tritium produit par fission n'est normalement pas rejeté au niveau du réacteur car il reste majoritairement dans le combustible pour se trouver dans la solution de produits de fission à l'usine de retraitement. Le tritium est formé dans les réacteurs des centrales nucléaires par fission de l’uranium et du plutonium. Et depuis 2006, une loi[47] a imposé aux autorités responsable des déchets tritiés « la mise au point pour 2008 de solutions d'entreposage des déchets contenant du tritium permettant la réduction de leur radioactivité avant leur stockage en surface ou à faible profondeur ». (�� Les atomes pressentis pour produire une réaction de fusion nucléaire au sein du tokamak sont deux isotopes de l'hydrogène : le deutérium et le tritium. /MediaBox [ 0 0 842 595 ] La centrale nucléaire de Civaux en est à l'origine », affirment les associations. (�� %&'()*456789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz��������������������������������������������������������������������������� ���� Adobe d �� C HTO était et reste encore la molécule traceur considérée comme la moins différente de l'eau pure (H2O), HTO a par exemple été utilisée pour calculer la valeur de la perméabilité à l'eau de différents types de membranes biologiques (peau, intestin, muqueuses… chez différentes espèces). endobj « le développement de projets de nouvelles installations (, Impacts biologiques et écologiques du tritium, « il est stocké sur site, dans des réservoirs prévus à cet effet, avant d'être rejeté conformément aux autorisations de rejets, après avoir été contrôlé », « accroître le rendement des armes thermonucléaires ou à fusion et d’accroître l’efficacité de l’utilisation des matières explosives nucléaires », « interdite toute addition intentionnelle de radionucléides artificiels et naturels, y compris lorsqu’ils sont obtenus par activation, dans les biens de consommation et les produits de construction. %PDF-1.5 En octobre 2012, lors des prélèvements et mesures dans l’environnement réalisés par les équipes de la centrale nucléaire de Penly, du tritium a été détecté dans la nappe d’eau souterraine. L’ASN engage les acteurs concernés à harmoniser les méthodes d'évaluation des doses selon l’espèce physico-chimique du tritium, et selon la voie de contamination (inhalation, ingestion, passage percutané, etc. Dommage qu’on ne connaisse pas les conséquences sur la … Divers moyens de décontamination très relative (c'est un vrai problème pour les eaux contaminées de Fukushima[48]) existent, allant de la désorption au laser de tritium adsorbé sur des surfaces contaminées, à l'usage d'un tamis moléculaire (pour l'eau, l'air ou un autre gaz contaminés). Le tritium est présent à l’état naturel dans l’environnement. $4�%�&'()*56789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz�������������������������������������������������������������������������� ? Il est produit essentiellement par l’action des rayonnements cosmiquessur les atomes d’azote. Le tritium existe comme corps pur sous la forme de T2 gazeux dans les conditions normales de température et de pression. Mis en évidence dans la réaction nucléaire en 1934, le tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène. Inversement, en même temps que de l'hydrogène, l'atmosphère terrestre perd un peu de tritium, arraché par les vents solaires en périphérie de la haute atmosphère[10]. Or, en France, le La radioactivité β de faible énergie fait que les électrons émis sont rapidement arrêtés dans l'eau et dans les tissus biologiques, après avoir parcouru seulement 6 μm tout au plus (et en moyenne environ 0,56 μm)[7]. Selon la Nuclear Regularity Commission - l’autorité de sûreté américaine - … Le tritium représente en masse 0,025 827 × 0,010 484 % = 0 002 708 %, des produits de fission, comme traceur utilisé en laboratoires de recherche ou, comme éléments de détecteurs (de neutrinos, en couche fine) ou antérieurement de, comme source d'énergie pour des micro-batteries, les recommandations de l’OMS sur les critères de potabilité de l’eau de boisson sont que la dose reçue du fait de la présence d’un radionucléide dans l’eau de boisson ne dépasse pas 0,1, l'eau tritiée, ou des liquides (extraits par, une eau faiblement tritiée peut être « enrichie » pour analyse en profitant du fait que, lors de l'électrolyse, le tritium se dégage à la cathode plus lentement que l’hydrogène ordinaire (car ce dernier est plus léger). ), et non plus seulement selon la durée d'exposition. La réaction est déclenchée par les températures et pressions extrêmes d'une réaction explosive de fission nucléaire d'uranium 235 ou de plutonium 239. [5], moments d'inertie modifiés[5], légère différence massique) qui pour une molécule apparemment semblable pourraient peut-être expliquer de légères différences de comportements, dont pour l’eau tritiée lors des processus naturels de changement de phase (évaporation, condensation, cristallisation, diffusion/sorption, etc.). Le tritium : Le tritium : 33HH • Le bore est utilisé dans l’eau du circuit primaire comme modérateur de la réaction nucléaire. Deux réacteurs de recherche français dénommés Célestin I et II qui sont entrés en service à Marcoule en 1967 et 1968 étaient particulièrement destinés à la production de tritium. Le tritium a les mêmes propriétés chimiques que l’hydrogène, dont il est l’isotope radioactif. L'analyse des lichens anciens ou de lichens transférés autour de sites civils ou militaires permet de cartographier, parfois de manière spectaculaire, les retombées provenant de ces installations[35]. (�� Radioprotection, 43 (2): 177-191. Le lichen arboricole permet un suivi des eaux météoritiques (pluie, vapeur, rosée, etc.) L'ASN estime que « le développement de projets de nouvelles installations (EPR, ITER) et l’évolution des modes de gestion des combustibles nucléaires […] conduisent tous deux à une augmentation des rejets en tritium de l’industrie nucléaire »[4]. (�� Sur la Loire, "le tritium est présent sur près de 400 km, entre Dampierre-en-Burly et Nantes", ajoute l'ACRO dans son rapport. Selon qu'elle contienne des atomes de tritium ou d'hydrogène, la molécule d'eau est plus ou moins lourde. En milieu nucléaire, l'hélium 3 produit par la désintégration du tritium est lui-même réactivé en tritium par capture neutronique, facilité par sa grande section de capture : Le tritium est également produit dans les réacteurs nucléaires électrogènes comme produit de fission pour environ 3 g par an et par réacteur[14]. (�� Une synthèse des connaissances disponibles a été publiée en 2010 par l'Autorité de sûreté nucléaire française[31] On peut noter en particulier que : Il a fallu attendre les années 2000 pour mieux doser le tritium[33]. Très difficilement confinable, il traverse les métaux et le béton. Il n’existe pas de procédé de traiteme… On s'y est intéressé chez les lichens, réputés bons biointégrateurs et bioindicateurs de certains stress environnementaux, particulièrement résistants à la radioactivité, l'algue symbiote du lichen fixant le tritium et le carbone 14 via la photosynthèse, pour ensuite l'inclure dans des composés organiques, dans l'algue et le champignon-partenaire. Il veille à ce que les rejets de tritium en Loire de cette centrale soient dans les normes. De 1962 à 1976, un laboratoire français du centre CEA de Saclay était équipé pour la production d'importantes quantités de tritium. »[10]). (�� L'énergie particulièrement faible de l'électron rend le tritium difficile à détecter autrement que par scintigraphie. >> (�� stream Il a deux origines, l’une naturelle, l’autre induite par les activités humaines. /Filter /DCTDecode /Resources 2 0 R Des composés tritiés gazeux sont utilisés depuis les années 1950[20] pour leur capacité à faire briller dans le noir les matériaux phosphorescents, avec bien moins de risque (norme ISO 3157:1991) qu'avec le radium (maintenant interdit pour la luminescence des montres et réveils en raison de sa dangerosité pour les travailleurs, même avec de faibles doses reçues[21]). Cependant, quand la température et la pression sont suffisamment élevées, ils peuvent se rapprocher au point que l'interaction forte prenne le dessus et provoque la fusion en un noyau plus gros. Il se transforme en hélium 3 par une désintégration β– suivant la réaction nucléaire : L'électron émis emporte en moyenne une énergie cinétique de 5,7 keV, le reste est emporté par un antineutrino électronique (pratiquement indétectable). A. Re-emission from soil and vegetation. L'analyse des cernes du bois d'arbre[36] permet par ailleurs d'estimer les variations annuelles d'absorption par les arbres. D'autres personnes utilisent plutôt des inserts photoluminescents qui accumulent la lumière (du soleil, ou d'une autre source comme une lampe torche) puis la restituent, ou peignent eux-mêmes les points de couleur sur leurs organes de visée avec de la peinture phosphorescente. �� � } !1AQa"q2���#B��R��$3br� (�� L’industrie nucléaire a longtemps considéré cet élément radioactif comme inoffensif, mais des études récentes montrent que la toxicité du tritium a été sous-évaluée, notamment quand il est absorbé par l’organisme. Le tritium en question. Sook-Kyung Lee, Soon-Hwan Son, KwangSin Kim, Jong-Wan Park, Hun Lim, Jae-Min Lee, Eun-Su Chung, Étude sur le devenir environnemental du tritium dans l’atmosphère ; Volet du projet d’études sur le tritium ; ref:INFO-0792, décembre 2009, 117 pages. Son noyau, appelé le triton[2], possède un proton et deux neutrons. Un rayonnement externe est donc rapidement arrêté par la simple surface « morte » de la peau humaine. Cependant, contrairement à leur rayonnement, la plupart des molécules tritiées comme l'eau tritiée sont facilement absorbées à travers la peau, des membranes ou tissus biologiques de tous les êtres vivants. La plupart de ces objets peuvent perdre leur tritium en cas d'incendie[24], mais les quantités impliquées susceptibles d'être réellement inhalées (de l'ordre de quelques kBq) n'entraînent généralement pas de danger en matière de santé publique (même si l'on admet qu'il est ingéré sous forme d'eau tritiée, dont le facteur de dose est 1,8 × 10−11 Sv/Bq ; un kilo-becquerel de tritium inhalé sous cette forme correspond à une dose de 0.018 µSv, très inférieure à ce que l'on sait mesurer de l'effet des faibles doses d'irradiation). 10B + n → 24He + 3H + n • La quantité de tritium produite dépend du combustible et de la puissance du réacteur /CS /DeviceRGB De nombreux matériaux apparemment étanches, dont la plupart des aciers, sont poreux pour le tritium. (�� (�� /Filter /FlateDecode (�� Il « ralentit » les neutrons avec formation de tritium. Les militaires s’en servent dans la fabrication des bombes atomiques. Ces différences pourraient, peut être par exemple, expliquer un faible enrichissement en tritium de la phase condensée par rapport à l’hydrogène (plus léger). Par exemple, la LOD de la centrale nucléaire de Pickering-B d'Ontario Power Generation est d'environ 490 000 térabecquerels (ou 4,9 X 10 17 Bq) pour les émissions de tritium liquides. /Height 768 B. 2 / La nappe située sous la centrale fait intégralement partie de l’environnement. Le tritium est un isotope radioactifde l’hydrogène. Produit naturellement en très petite quantité par le rayonnement cosmique, il a notamment remplacé le radium pour rendre luminescents les cadrans de montres et les instruments de bord pour la navigation de nuit. (�� (�� /Width 1024 Le tritium est extrait de l'eau lourde au « Tritium Removal Facility » (TRF) en deux étapes : extraction catalytique en phase vapeur, puis distillation cryogénique. /S /Transparency Comparaison of predicted and observed behaviour. /ExtGState << Le tritium[1] (/tʀitjɔm/), de symbole 3H ou T[a], est — comme notamment le protium et le deutérium — l'un des isotopes de l'hydrogène. Le noyau de tritium, formé d'un proton et de deux neutrons, a une charge électrique identique à celle du noyau d'un atome d'hydrogène, et subit donc la même répulsion électrostatique. De plus, un peu de tritium provient du milieu extraterrestre (émis par le Soleil ou d'autres étoiles et poussé par le rayonnement cosmique ou les vents solaires orientés vers la Terre[9]). >> endobj Daillant, O., Boilley, D., Gerzabek, M., Porstendörfer, J., Tesch, R., 2004a. Le tritium : d’où vient-il ? […] Sont également interdites l’importation et l’exportation, s’il y a lieu sous tout régime douanier, ainsi que le placement en magasin et aire de dépôt temporaire de tels biens et produits qui auraient subi cette addition[26] ». Produit naturellement en très petite quantité par le rayonnement cosmique, il a notamment remplacé le radium pour rendre luminescents les cadrans de montres et les instruments de bord pour la navigation de nuit. (�� non conforme]: Les réacteurs à eau lourde génèrent du tritium par capture d'un neutron par un atome de deutérium. Formation of organically bound tritium in grain of spring wheat, Tritium in the food chain.Intercomparison of model predictions of contamination in soil, crops, milk and beef after a short exposure to ttitiated water vapour in air, A new approch for modelling teh formation and translocation of organically bound tritium in accident consequence assessment, conditions normales de température et de pression, Commission canadienne de sécurité nucléaire, Commission Internationale de Protection Radiologique, Trésor de la langue française informatisé, Centre national de ressources textuelles et lexicales, article R. 43-2 du code de la santé publique, Concentration anormale en tritium dans l’eau de mer à proximité de l’usine Areva, L’IRSN publie l’évaluation dosimétrique de l’exposition au tritium des salariés et visiteurs de l’entreprise de 2M Process sur les sites de Saint-Maur-des-Fossés et de Bondoufle, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Tritium&oldid=173643677, Article manquant de références depuis novembre 2019, Article manquant de références/Liste complète, Article ne respectant pas les conventions bibliographiques, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Masse atomique moyenne des produits de fission = (, La masse de l'atome de tritium rapporté à la masse moyenne des produits de fission = 3,016 049 2 / 116,78 = 0,025 827. Le tritium à usages militaires est produit en réacteurs d'irradiations, par irradiation de lithium. (�� 4 0 obj �� � w !1AQaq"2�B���� #3R�br� Il a été mis en évidence en 1934, par Ernest Rutherford, dans la réaction nucléaire D + D T + H. À la différence du protium (1H ou H) et du deutérium (2H ou D), cet isotope (nucléide) est radioactif. /Contents 3 0 R [22],[9] ou de signalétique de sécurité (de type « sortie de secours » (jusqu'à une vingtaine de curies[23], soit 750 GBq) n'ayant alors plus besoin de piles ou de circuit d'alimentation. L'isotope léger (6Li), présent dans le lithium naturel à raison de 7,5 %, capture les neutrons et donne des noyaux d'hélium et de tritium suivant la réaction : Le lithium 7 exposé à des neutrons de haute énergie peut également subir une réaction (n, alpha) endothermique (réaction découverte lors de l'essai Castle Bravo ; dont l'explosion a été d'une énergie 2,5 fois supérieure aux prévisions à cause de l'excès de tritium produit de cette manière). D'ici la fin du siècle, compte tenu de la croissance démographique, de l'augmentation de l'urbanisation et de l'extension du réseau électrique dans les pays en développement, la demande en énergie aura triplé. Mais au niveau international, il n'est pas retenu parmi les « produits fissiles » du TNP et ne fait pas l'objet de contrôles pour l'AIEA. En s'oxydant en présence d'oxygène, même en milieu sec, il produit de l'eau tritiée (HTO ou T2O), s'il y a une source de chaleur ou une étincelle. Mais les neutrons augmentent l'effet de l'interaction forte, permettant une fusion plus facile qu'entre atomes d'hydrogène. (�� >> (��